Question d'Eric Thiébaut à Jan Jambon, ministre de l'Intérieur, sur la sécurité nucléaire

Monsieur le président, monsieur le ministre, j'ai été très surpris par vos déclarations sur la prolongation du nucléaire. Vous êtes le vice-premier ministre de ce gouvernement et aussi le ministre responsable de la sécurité nucléaire. Vous n'êtes normalement pas du tout porte-parole des associations patronales.

 

Ce n'est un secret pour personne, la fiabilité des centrales nucléaires diminue avec le vieillissement des installations. Comptez-vous sérieusement prolonger une fois de plus la durée de vie de nos centrales? Comptez-vous prolonger la durée de vie de Tihange 2 et Doel 3, dont on sait que les cuves des réacteurs sont micro-fissurées et suscitent l'inquiétude de nos voisins allemands et néerlandais? Leur viabilité est aujourd'hui encore remise en cause par des spécialistes très sérieux. Comptez-vous prolongez Doel 4 qui a été saboté, il y a trois ans, sans que le coupable n'ait encore pu être identifié? Allez-vous vraiment, comme l'annonce votre parti sur son site Internet, prolonger jusqu'à 2065 la durée de vie de nos centrales nucléaires? Quarante ans de plus!

 

L'inquiétude de la population est grande concernant la sécurité nucléaire. Vous avez sûrement perçu des échos du dernier reportage sur le sujet passé sur la RTBF cette semaine. Monsieur le ministre, comment allez-vous rassurer les Belges en décidant de nouvelles prolongations?

Réponse de Jan Jambon

Monsieur Thiébaut, pour ce qui est de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, il me semble que le premier ministre a répondu en début de séance. La décision sur l'avenir des centrales nucléaires sera prise par le gouvernement

De toute évidence, la sécurité des centrales nucléaires est un élément-clé dans cette prise de décision. C'est un des quatre paramètres que nous allons encore étudier. Nous avons déjà discuté à plusieurs reprises de la sécurité actuelle de nos centrales. Je répondrai de manière cohérente, ma réponse étant toujours la même. Je suis l'AFCN dans tous ses avis, sans les remettre en cause. Je fais confiance à notre agence de sécurité nucléaire. Il arrive que nous ne soyons pas d'accord mais, jusqu'à présent et pour le reste de la législature, je suivrai les avis de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire. Preuve en est que, lorsque l'AFCN propose de fermer une installation nucléaire, on le fait. Si l'AFCN se dit ensuite rassurée et confirme que les éléments pour garantir la sécurité de l'installation sont présents, on la réouvre. Ceci sera ma ligne de conduite pour le reste de la législature.

Réplique d'Eric Thiébaut

Monsieur le ministre, vous ne m'avez pas répondu. Ma question était pourtant simple. Elle consistait à savoir, dans le cas d'une prolongation de la durée de vie de nos vieilles centrales, comme vous avez l'intention de le faire, comment nous garantirons leur viabilité et la sécurité de l'environnement et des citoyens. Vous ne répondez pas à cette question. Vous n'avez pas de solution. Votre réponse est inquiétante pour la sécurité des citoyens et pour la protection de notre environnement dans le futur.


RECHERCHE...