Médicaments détruits : pourquoi ne pas permettre aux médecins d'en faire bénéficier les patients qui n'ont pas les moyens de se soigner ?

Comment accepter de voir d’un côté des malades qui ne peuvent pas se soigner faute de moyens et de l’autre l’industrie pharmaceutique devant détruire des médicaments non utilisés ?

 

Un citoyen sur 5 reporte des soins faute de moyens. Le constat est interpellant et la situation inacceptable. De nombreux patients sont en effet, aujourd’hui encore, dans l’impossibilité d’acheter les médicaments dont ils ont besoin. Et les mesures prises récemment par le gouvernement MR/N-VA visant à diminuer le remboursement de toute une série de médicaments n’a évidemment fait qu’aggraver les choses.

 

Pourtant, chaque année, des centaines de tonnes de médicaments sont détruits. Il s’agit de médicaments non utilisés et remis en pharmacie par les citoyens. Des médicaments périmés mais également des médicaments non périmés.

 

« Un nombre croissant de nos citoyens sont aujourd’hui encore dans l’impossibilité de se soigner faute de moyens. La destruction de médicaments qui pourraient encore être utilisés est un gaspillage incompréhensible ! » déplore le député PS André Frédéric qui estime que la législation actuelle doit être revue afin de permettre à des médecins de redistribuer ces médicaments non utilisés et non périmés aux personnes qui en ont le plus besoin.

 

Le député socialiste, qui prépare une proposition de résolution dans ce sens, interpellera la Ministre de la Santé publique dès la rentrée pour qu’une solution puisse être trouvée.


RECHERCHE...