Une condamnation supplémentaire dans le dossier de la station polaire : quand ce gouvernement va-t-il enfin respecter la loi ?

Image: Le Soir
Image: Le Soir

Madame Sleurs a certes quitté son poste, mais les conséquences de sa gestion désastreuse sont, elles, encore bien tangibles : le 3 mars dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles a condamné sous peine d’astreintes l’État belge à nommer le Conseil stratégique du Secrétariat polaire.

 

Depuis sa nomination tant que Secrétaire d’État, Elke Sleurs avait en effet toujours refusé de nommer cet organe central dans la gestion de la station polaire Princesse Élisabeth. Ce refus, aujourd’hui jugé illégal, a mené à une triste première : l’absence de mission scientifique belge en Antarctique pour la première fois depuis l’ouverture de la station. Un échec retentissant qui met à mal la réputation internationale de la Belgique en matière de recherche scientifique.

 

Pour le député PS Daniel Senesael, « cette décision de justice est logique. Mais elle était aussi évitable. Depuis des mois au Parlement, nous exigions de Madame Sleurs qu’elle se conforme à la loi. Au lieu de cela, elle a préféré s’entêter dans des procédures judiciaires perdues d’avance, dilapidant ainsi les deniers du contribuable. »

 

Le Groupe PS espère que l’arrivée de Madame Demir à la tête de la Politique scientifique sera l’occasion pour le gouvernement d’adopter une position enfin constructive dans ce dossier. Il s’agit maintenant pour la nouvelle secrétaire d’État de nommer au plus vite le Conseil stratégique si elle ne veut pas mettre également en péril la mission scientifique de la saison 2017-2018.


RECHERCHE...