Question de Laurent Devin à François Bellot, ministre de la Mobilité, sur les tensions à la gare de Forest-formation

Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, de vives tensions animent le personnel de la gare de Forest-formation. Le comportement problématique du chef de zone en est la cause. Que des tensions apparaissent au sein d'une entreprise, cela arrive bien évidemment. On recadre et on sanctionne le personnel tout en cherchant la meilleure gestion en termes de ressources humaines.

 

Cependant, dans le cas présent, outre une attitude inadéquate, c'est avant tout un mépris généralisé envers les règles élémentaires de sécurité qui est dénoncé par les cheminots de Forest. C'est ainsi qu'on apprend que les procédures de sécurité y seraient purement et simplement contournées sous prétexte qu'on doit arrêter de perdre de l'argent. S'agit-il là d'une expression du syndrome de la productivité à tout prix? En tout cas, c'est la ponctualité qui compte aujourd'hui, au point de prendre le dessus sur toute autre considération et de se placer au centre de l'attention des cheminots.

 

Le résultat est que des trains seraient ainsi mis en service sans que les freins aient été vérifiés selon la procédure en vigueur. S'y ajoute la défectuosité de certaines portes. Malgré cela, les trains seraient envoyés sur les rails. En outre, plusieurs voitures ne sont pas chauffées, avec, pour conséquence, un taux de pannes très élevé et une immobilisation des trains. Bref, ces avaries sont consécutives aux choix malheureux du chef de zone.

 

Monsieur le ministre, je n'imagine évidemment pas un seul instant que vous ou la SNCB puissiez jouer avec la sécurité des voyageurs. Nous gardons tous en mémoire les drames ferroviaires qui ont endeuillé le pays.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous, à cette tribune, nous garantir que la sécurité des usagers est bien au centre des préoccupations de la SNCB et qu'il s'agit là d'un cas isolé qui sera, le cas échéant, sanctionné comme il se doit?

Réponse de François Bellot

Monsieur le président, cher collègue, la presse a rapporté que des incidents se seraient produits en gare de formation à plusieurs reprises. La SNCB me confirme que ses priorités demeurent bien entendu la sécurité et la ponctualité, mais aussi que ses règles et les obligations en matière d'organisation du travail doivent également être appliquées à Forest-formation, comme partout ailleurs.

 

La SNCB m'informe qu'une enquête interne a été diligentée ce mercredi. Celle-ci a pour but d'entendre l'ensemble des parties concernées, de vérifier si les procédures sont appliquées conformément à la réglementation, et de mettre en évidence tout élément susceptible de nuire à une bonne collaboration entre les acteurs locaux et les collaborateurs concernés.

 

Il est prématuré de tirer une quelconque conclusion, même si les premiers éléments de l'enquête amènent à penser que certains faits et propos ont été tirés de leur contexte, m'indique la SNCB.

Réplique de Laurent Devin

Monsieur le ministre, nous serons attentifs aux résultats de l'enquête. Vous serez d'accord avec moi: on ne peut pas jouer avec la sécurité. Je vous demanderai d'être vigilant et de veiller à ce que, le cas échéant, si des manquements étaient constatés, des sanctions soient bien appliquées dans le plein respect des procédures. Parce qu'en matière de sécurité, on ne négocie pas. Vous avez été président de la commission Buizingen. Vous êtes le ministre de tutelle de la SNCB. La sécurité, c'est la priorité.


RECHERCHE...