La situation à Alep et le respect de l’État de droit méritent mieux que le silence du MR et la campagne déplacée de la N-VA

Refuser d’appliquer une décision judiciaire - comme si on était au-dessus des lois - refuser de délivrer un visa à une famille d’Alep qui pourrait être accueillie par une famille namuroise alors que la ville syrienne est le symbole du martyre de la guerre, c’est ce qu’ose faire le Secrétaire d’État Theo Francken, en charge de l’Asile et de l’Immigration.

 

En toute impunité, il a déclaré hier à la Chambre qu’il n’entendait pas se plier à la décision de la Cour d’Appel de Bruxelles qui condamne l’État belge à délivrer des visas à une famille syrienne d’Alep, sous peine d’astreintes de 4.000 euros par jour. Pas un mot sur l’enfer d’Alep, sur notre devoir d’accueillir les demandeurs d’asile ! Pas un mot du Premier ministre ou d’un autre membre du gouvernement pour condamner ces propos et ce mépris de la démocratie !

 

Non, on a seulement eu droit à une campagne fracassante de la N-VA sur les réseaux sociaux pour remettre les juges au pas, les accuser d’être déconnectés de la réalité, et leur intimer de « ne pas ouvrir nos frontières. » Au MR, on ne voyait pas matière à réagir : « on a toujours été en phase avec Francken dans ce dossier. »

 

Pour la députée PS Julie Fernandez Fernandez, « avec ce nouveau dérapage de Theo Francken, on n’est pas étonnés, on est révulsés ! Pour Theo francken et la N-VA, la politique d’asile, c’est la fermeture des frontières ! Et dans ce cas précis, on valse dans l’illégalité ! On ne peut pas s’asseoir sur une décision de la cour d’appel ! Theo Francken montre une fois de plus qu’il ne respecte pas l’Etat de droit et les valeurs démocratiques qui le fondent ! Le Premier ministre Charles Michel ne peut plus rester sans rien dire ! Depuis hier soir, on attend une réaction du chef du gouvernement ! Pour dire que ce gouvernement respectera l’Etat de droit ! Que ce gouvernement respecte la séparation des pouvoirs et qu’il exécutera la décision de la Cour d’Appel ! Le Premier ministre doit reprendre ce dossier personnellement ! »

 

Julie Fernandez Fernandez a déposé une interpellation au Premier ministre pour exiger qu’il rappelle haut et fort que ce gouvernement respecte l’Etat de droit et l’indépendance des juges ! Qu’il exécutera la décision de la Cour d’Appel et qu'il reprenne le dossier de l’asile à Monsieur Francken. L’État de droit et la situation dramatique à Alep méritent mieux que le silence coupable du MR et la campagne déplacée de la N-VA.


RECHERCHE...