Taxe Tobin : encore un renoncement de Charles Michel face à la N-VA ?

La N-VA est revenue pour la énième fois avec des déclarations assassines pour enterrer la Taxe Tobin - la taxe sur les transactions financières (TTF) - qui doit être mise en place au niveau européen.

 

Pour le Groupe PS, Charles Michel doit maintenant frapper du poing sur la table et rappeler qu’il est le patron de ce gouvernement et le garant de l’exécution de l’accord de gouvernement ! Un accord de gouvernement qui était pourtant clair : « La Belgique poursuivra sa contribution constructive à la mise en place progressive d'une taxe sur les transactions financières dans le cadre du régime de la coopération renforcée. ».

 

Pour député PS Stéphane Crusnière, une ‘marche arrière toutes’ du gouvernement Michel serait totalement inacceptable : « depuis 2004, notre pays a réitéré, de la manière la plus officielle qui soit - loi, résolution, coopération renforcée - son soutien à la mise en place d’une taxe sur les transactions financières (TTF). La volte-face à laquelle nous assistons aujourd’hui est impensable et inacceptable ! Ce n’est quand même pas la N-VA qui doit décider de tout dans ce pays et de ce qui est bon ou pas bon dans une déclaration de gouvernement auquel elle participe ! A part la N-VA, les partis de la majorité actuelle ont totalement adhéré à cette volonté d’aboutir à la mise en place de cette taxe. Je leur demande donc : ont-ils perdu la mémoire ? »

 

Depuis des mois, le Groupe PS dénonce la stratégie du pourrissement élaborée par le Ministre des finances dans ce dossier. « Pour protéger un secteur qui, rappelons-le, a détruit l’économie réelle. Rappelons aussi qu’il s’agit d’une taxe sur les transactions financières à faible taux mais qui doit permettre de réguler autant que faire se peut les marchés financiers et qui engendrera de nouveaux moyens pour la solidarité européenne et internationale. Ici la N-VA nous annonce clairement son choix : protéger le monde de la finance qui est pourtant responsable de cette crise. » ajoute le député socialiste.

 

Tous les pseudo-arguments de la N-VA pour détricoter la taxe Tobin ont été démontés un à un lors d’auditions approfondies en commission des Finances. Et le comportement du ministre des Finances à la table du Conseil ECOFIN a d’ailleurs été dénoncé en commission par un membre de la Commission Européenne qui avait alors épinglé le changement d’attitude et de position de la Belgique qui, quand elle n’était pas muette, cherchait de faux prétextes pour vider la taxe de sa substance.

 

Pour le Groupe PS, d’errements budgétaires en errements fiscaux, le gouvernement donne aujourd’hui une bien piètre image de notre pays, membre fondateur de l’UE et principal moteur des avancées européennes… Charles Michel n’a d’autre choix que de rappeler à l’ordre la N-VA. Et d’assumer les engagements pris de longue date par la Belgique vis-à-vis de l’Europe.


RECHERCHE...