Vision stratégique Défense : au gouvernement Michel, personne ne défend les intérêts des Wallons et des Bruxellois !

De nombreuses inquiétudes se confirment à la lecture de la « vision » stratégique du ministre N-VA de la Défense.

 

C’est pourquoi demain mercredi, Laurette Onkelinx, Sébastian Pirlot, Julie Fernandez-Fernandez, Stéphane Crusnière et Paul-Olivier Delannois interpelleront le Ministre Steven Vandeput pour y voir plus clair sur différents transferts d’activités militaires envisagés au profit de la Flandre : l’éventuelle délocalisation de l’État-major d’Evere vers Zaventem, le démantèlement du Musée royal de l’armée situé au Cinquantenaire au profit des bases de Coxyde, Brasschaat ou Bourg-Léopold, et le déplacement du centre de formation logistique de Tournai vers Peutie.

 

Pour la cheffe de groupe Laurette Onkelinx, le danger est bien réel : « avec la N-VA aux commandes, l’avenir de la Défense se construit aujourd’hui sur le dos des francophones et le seul parti francophone du gouvernement a vraisemblablement déjà déposé les armes ! Et quand on connait la faiblesse du Premier ministre à défendre les équilibres régionaux essentiels, la capitulation semble acquise. Au Groupe PS, nous ne pouvons accepter que ces nouvelles réformes imposées par la N-VA nous conduisent vers une flamandisation de l’armée et un affaiblissement des structures militaires présentes en Wallonie et à Bruxelles !»

 

A cela s’ajoutent la fermeture annoncée de la pharmacie militaire de Nivelles, l’avenir incertain de deux fleurons bruxellois de la Défense - l’École royale militaire et l’Hôpital militaire - mais également l’avenir des bases de Florennes et de Beauvechain.

 

Pour le Groupe PS, il est temps que le Ministre N-VA de la Défense fasse enfin la transparence sur ses intentions !

 

« Nous avons demandé que les syndicats soient entendus à la Chambre » rajoute le député Sébastian Pirlot, « car l’avenir incertain de ces institutions aura de lourdes conséquences sur les conditions de travail des militaires concernés, notamment en termes de vie familiale et de déplacements. Et cette réorganisation territoriale au profit de la Flandre aura également des conséquences sur le plus long terme en termes de recrutement et donc d’équilibre linguistique au sein de l’armée ! En éloignant toujours plus les quartiers militaires des bassins d’emplois de notre pays, la répartition linguistique des futurs soldats privilégiera la Flandre et sur ce point, on est loin des messages rassurants que tente de faire passer le MR concernant l’équilibre linguistique à l’armée ! »

 

« Les conséquences économiques seront aussi importantes pour les localités concernées par de telles fermetures » constatent de leur côté Paul-Olivier Delannois et Stéphane Crusnière : « alors que le Ministre refuse systématiquement de répondre à nos nombreuses questions en commission, les autorités locales n’ont été ni contactées, ni informées... Elles seront sans doute une fois de plus mises devant le fait accompli… »

 

Pour Julie Fernandez-Fernandez, « il est inconcevable que Steven Vandeput mène ce nouveau projet de démantèlement dans l’opacité la plus totale, comme il l’a fait pour la réforme des parastataux de la Défense. Rappelons que c’est sous le manteau et avec la complicité du MR que le Ministre N-VA a déjà supprimé l’Institut des Vétérans en charge du travail de mémoire ! »

 

Pour le Groupe PS, il est temps que Charles Michel et ses ministres francophones se réveillent : nos soldats et nos infrastructures militaires ne sont pas des pions de Stratego que la N-VA peut déplacer au gré de ses velléités communautaires !


RECHERCHE...