Question d'Eric Thiébaut à Jan Jambon, ministre de l'Intérieur, sur l'intervention policière à Forest

Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, je voudrais d'abord saluer le courage et l'efficacité de nos services de police qui ont dû faire face, ce mardi, à une situation tout à fait inattendue. Ils sont intervenus avec beaucoup de sang-froid et de rigueur.

 

Je dois aussi saluer l'amélioration de la communication des autorités. Nous nous souvenons en effet qu'elle fut particulièrement défaillante en décembre dernier, lors des perquisitions à Molenbeek en rapport avec la recherche d'Abdeslam – qui, je vous le rappelle, court toujours. Je salue enfin la réaction de la commune de Forest. Les autorités locales ont aussi été particulièrement efficaces en termes de protection et d'accompagnement de la population pendant les opérations.

 

Cela étant, si un terroriste a été abattu mardi dernier, deux autres sont toujours dans la nature. Par conséquent, on ne peut pas vraiment parler d'un succès total. Aujourd'hui se pose la question de l'efficacité des mesures prises par le gouvernement sur le plan de la lutte contre le terrorisme. Plusieurs dispositions légales ont été prises. Beaucoup d'autres restent à prendre. Toutefois, il faut bien constater qu'elles n'ont pas permis à l'Ocam de diminuer significativement l'évaluation de la menace. Des moyens budgétaires ont également été dégagés.

 

Monsieur le ministre, en définitive, où sont vos 400 millions? Comment se traduisent-ils sur le plan opérationnel? Où sont-ils affectés en termes de personnel? Comment sont-ils utilisés dans les enquêtes antiterroristes?

 

Nous savons aussi que les milieux du grand banditisme et du terrorisme sont étroitement imbriqués. Des moyens spécifiques ont-ils été mis en œuvre dans ce domaine? Enfin, comment la collaboration sur le terrain se passe-t-elle avec les services français?

Réponse de Jan Jambon

Je constate avec satisfaction que l'ensemble des groupes politiques ont exprimé leur gratitude envers nos policiers qui ne ménagent pas leurs efforts pour veiller à la sécurité des citoyens jour et nuit. Je m'associe à ces témoignages de reconnaissance au nom du gouvernement.

 

Cette action aurait pu prendre une tout autre tournure. Hier, nous avons rencontré les policiers concernés, y compris ceux qui ont subi des blessures légères. Ils ne sont peut-être pas encore pleinement en état de repartir immédiatement en mission étant donné qu'ils ont été en état de choc pendant plusieurs heures après avoir été confrontés à la mort. Toutefois, je pense qu'ils ont énormément apprécié que le gouvernement et le Roi se soient déplacés pour les réconforter

 

Nous prenons toutes les mesures pour protéger nos services de police mais ce n'est pas toujours possible

 

La procédure standard, pour chaque perquisition,consiste en une analyse de risques grâce à laquelle la police décide de la manière d'intervenir. Cette procédure a été appliquée dans ce  cas-ci.

 

Depuis les attentats de Paris, le niveau de la menace est de 3 et l’ensemble de nos services ne pourraient pas être plus opérationnels. Les événements de ce mardi ont démontré que ce niveau se justifie et que l’OCAM et les services de sécurité continuent de procéder à une évaluation correcte et réaliste de la situation. Cela prouve en outre que les agents de nos services de sécurité sont des professionnels mais qu’ils doivent aussi faire face à des  terroristes professionnels dont les agissements sont imprévisibles et inattendus.

 

Le gouvernement a choisi la bonne voie. Nous devons continuer à donner des moyens à la police. La sécurité ne pourra jamais être garantie à 100 %, mais tous les services de sécurité sont sur le pied de guerre, nuit et jour, pour assurer une protection maximale de la population.

 

Des 400 millions d'euros, 300 ont déjà fait l'objet d'une délibération. Le nombre total de policiers sera augmenté de mille unités, ce qui reviendra à 1400 recrutements par an les trois prochaines années.

 

Trois projets de loi seront examinés la semaine prochaine par la commission Lutte contre le terrorisme. Les ministres européens de l'Intérieur, en préparant une directive européenne  devant lutter contre le trafic d'armes, traitent aussi la question des sites web.

Réplique d'Eric Thiébaut

Messieurs les ministres, je vous remercie. Je reste sceptique vis-à-vis de certaines réponses qui ont été données, notamment en ce qui concerne la qualité de la collaboration avec les services français. Mardi, le ministre de l'Intérieur français a été assez sobre dans ses déclarations mais récemment encore, il se plaignait de la qualité de la collaboration et du manque de proactivité du côté belge en matière de lutte contre le terrorisme.

 

Je voudrais rassurer notre collègue Dallemagne: le bourgmestre de Forest n'a évidemment jamais dit qu'il classait verticalement les informations qu'il recevait de la Sûreté de l'État concernant les listes. Il a dit qu'il était très difficile d'utiliser ces listes telles qu'elles sont présentées aujourd'hui par le fédéral. Il y a là un travail à faire et il faut bien entendre les doléances des bourgmestres.

 

Enfin, je crains que ce soit à l'efficacité de nos services de police que nous devions le succès des opérations et pas du tout aux mesures qui sont prises par le gouvernement. Quand arriveront les 1 400 policiers promis? C'est maintenant que nous avons besoin de moyens et pas dans trois ou quatre mois! D'ici là, les policiers en rue seront encore en danger et risqueront encore de rencontrer des gens armés de Kalachnikov.


RECHERCHE...