Les femmes enceintes ou jeunes mamans sont encore trop souvent victimes de discriminations au travail

La députée socialiste Fabienne Winckel a interrogé ce mardi la secrétaire d’État Elke Sleurs sur l’égalité hommes/femmes sur le lieu de travail et en particulier sur la discrimination des femmes enceintes ou jeunes mamans.

 

Selon une étude réalisée à la demande de l’Institut pour l’Égalité des femmes et des hommes, plus de trois femmes sur quatre seraient victimes d’une forme de discrimination au travail du fait de leur grossesse et maternité. Cela peut aller du retrait de responsabilités au licenciement abusif en passant par un refus d’embauche, etc.

 

Pour la députée Fabienne Winckel, « une telle inégalité de traitement des femmes enceintes ou jeunes mamans n’est pas seulement inacceptable, elle est illégale. Il est donc important que les femmes discriminées soit mieux informées sur leurs droits et sur les outils à leur disposition pour faire valoir ces droits ».

 

Elke Sleurs a reconnu que les plaintes pour discriminations envers les femmes – et en particulier les femmes enceintes – au travail étaient en augmentation. La secrétaire d’État a affirmé travailler, avec d’autres ministres, à un « Plan d’action national de lutte contre les discriminations envers les femmes au travail ». La députée PS Fabienne Winckel ne manquera pas de suivre l’évolution de ce Plan et veillera à ce que son élaboration ne s’éternise pas.


RECHERCHE...