La majorité bloque le contrôle par le Parlement des exportations d’armements militaires

La présidente N-VA de la commission de la Défense nationale bloque la proposition du Groupe PS visant à garantir le contrôle effectif par le Parlement du commerce des armes revendues par notre armée.

 

Si certaines compétences en matière de commerce et d’exportations d’armes ont été régionalisées, une partie non-négligeable reste du ressort de l’autorité fédérale. Il en va ainsi notamment de la vente d’ancien matériel de la Défense nationale.

 

En principe, l’armée applique des critères de sélection stricts lorsqu’elle vent du matériel militaire. Cependant, selon une enquête de « La Libre Belgique », la Défense nationale ne vérifierait pas suffisamment si les acheteurs potentiels sont connus des services de police ou de renseignement.

 

Le Groupe PS a donc déposé une proposition permettant au Parlement – qui contrôle déjà les achats militaires – d’également contrôler les ventes afin de s’assurer que des armes belges ne se retrouvent pas dans de mauvaises mains.

 

Pour la députée socialiste Julie Fernandez Fernandez, auteure de la proposition, « exporter du matériel militaire n’est pas un geste anodin. La destination finale et les intermédiaires doivent être connus de bout en bout, notamment en tenant compte des avis reçus de la part du service de renseignement civil et/ou militaire ».

 

La majorité ne l’entend visiblement pas de cette oreille puisque qu'elle met tout en œuvre pour empêcher la remise d'un avis sur la proposition du Groupe PS, la bloquant ainsi de fait. Dans le contexte actuel où la lutte contre le trafic d'armes est plus que jamais indispensable, cette position est incompréhensible.


RECHERCHE...