Neutralité du net : sans sursaut, l’Europe ratera un tournant historique et cèdera aux lobbys télécom

Le Groupe PS déplore et dénonce l’accord sur la neutralité du net obtenu en Trilogue* : c’est une capitulation devant les grands opérateurs télécoms qui vont pouvoir développer sans entraves un internet à deux vitesses !


Cet accord – qui ne fait même plus référence à l’expression de « neutralité du net » - veut faire croire qu’il défend un internet ouvert et accessible à tous. Pour le Groupe PS, c’est tout le contraire : cet accord va permettre aux opérateurs de privilégier certains services et certains contenus.


En effet, sans encadrement strict des services spécialisés, les opérateurs télécoms pourront passer des accords commerciaux avec des fournisseurs de services pour en favoriser l’accès. Ce tour de passe-passe avec la notion très floue de services spécialisés leur permettra ainsi de déroger à l’obligation de ne pas discriminer. Cette faiblesse de l’accord est une grande victoire pour les opérateurs télécoms et un recul pour tous ceux qui défendent la neutralité du net.


Une neutralité du net qui, pour le groupe PS, est non seulement un droit fondamental, mais aussi un véritable enjeu démocratique, culturel et économique : chaque citoyen doit être libre d’accéder aux informations qu’il souhaite. Chacun doit aussi avoir le même droit de diffuser et d’envoyer de l’information sur internet : un internet neutre est fondamental pour l’innovation et la création de valeur économique et culturelle !


Pour le groupe PS, sans sursaut, l’Europe ratera un tournant historique et cèdera aux lobbys télécom.


*conciliation entre représentants de la Commission, du Conseil et du Parlement européens.


RECHERCHE...