Doel 1 & 2 : le groupe PS veut entendre l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire

Pour le groupe PS, les dissimulations d’information et les incohérences de la Ministre de l’Energie soulèvent encore de trop nombreuses questions en termes de sécurité juridique, de sécurité nucléaire et de sécurité d’approvisionnement.


Le Gouvernement a décidé de ne pas suivre les avis du Conseil d’Etat et l’étude juridique communiquée par l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN). Ces deux avis rappellent pourtant au gouvernement son obligation légale d’organiser une évaluation de l’impact sur l’environnement et une consultation publique préalablement à la prolongation des réacteurs de Doel 1 et 2.


Lors des débats parlementaires en commission, Madame Marghem a systématiquement refusé de répondre aux nombreuses questions relatives à la sécurité nucléaire, en les renvoyant vers le Ministre de l’Intérieur et l’AFCN.


Le Ministre de l’Intérieur sera auditionné en Commission ce mardi matin (26/05). Pour la députée socialiste Karine Lalieux, il est indispensable que le Directeur général de l’AFCN vienne également s’expliquer devant les députés : « alors que l’AFCN se doit d’être indépendante du gouvernement pour assurer sa mission de gardienne de la sécurité des centrales nucléaires, sa seule réaction aux événements de ces derniers jours est un silence assourdissant. Le gendarme du nucléaire doit reprendre la situation en mains ! ».


Face à cette tentative de passage en force du gouvernement, le Groupe PS demande l’audition de l’AFCN afin que celle-ci ramène autorité et sérénité dans le débat et au sein du secteur, en rappelant les exigences d’évaluation de l’impact sur l’environnement et de consultations préalables à la prolongation. Le Groupe PS demande également que l’AFCN exige la réalisation de l’ensemble des travaux essentiels à la sûreté nucléaire, dès lors que le gouvernement persisterait à vouloir prolonger l’activité des réacteurs de Doel 1 et 2.

Partagez sur


RECHERCHE...