Doel 1 & 2 : le Groupe PS exige la transparence

Au fil des débats parlementaires sur la relance de Doel 1 et 2, la Ministre Marghem a délibérément dissimulé certains éléments du dossier.


Pour la députée socialiste Karine Lalieux, la commission de ce matin n’a pas permis de lever les soupçons de mensonge et de tricherie dans le chef de la Ministre.


Les parlementaires n’ont pas obtenu de réponse à une série de questions essentielles :

· pourquoi la Ministre a-t-elle caché pendant 2 semaines avoir demandé et obtenu cet avis juridique ?

· pourquoi la Ministre a-t-elle ensuite refusé pendant une matinée entière de fournir cet avis, ne cédant qu’après qu’il ait été publié sur différents sites d’information ?

· pourquoi la Ministre a-t-elle refusé de faire la transparence sur l’amendement qu’elle comptait déposer au nom du gouvernement et qui a été recalé par le Conseil d’Etat ?


Pour Karine Lalieux, il est essentiel d’obtenir des réponses précises sur tous ces points : « nous ne parlons pas ici de la construction d’un poulailler mais de la prolongation de centrales nucléaires vieilles de plus de 40 ans et de la sécurité d’approvisionnement en électricité de notre pays. Madame Marghem a préféré rester sur le registre de la raillerie et des moqueries au détriment de la transparence et du sérieux indispensables pour mener un débat aussi important. C’est pourtant essentiel tant pour les citoyens que pour les acteurs du secteur. »


Le Groupe PS regrette que cet impératif de confiance et de transparence n’ait pas été rencontré aujourd’hui. Pour forcer cette transparence, il saisira la Conférence des Présidents ce mercredi afin d’obtenir l’accès aux enregistrements des débats de ces dernières semaines et à l’avis du Conseil d’État sur le projet d’amendement du gouvernement.

Partagez sur


RECHERCHE...