A l’"évidence", il y a encore moyen de faire contribuer les plus fortunés

Le Président de la N-VA Bart De Wever a indiqué ce matin sur Bel RTL que le capital était déjà trop taxé en Belgique mais que c’était « évident » qu’on pouvait encore faire des économies dans la sécurité sociale.

Pour Elio Di Rupo, au contraire, « la Belgique est le pays de l’OCDE qui taxe le moins les plus-values boursières! (voir graphique ci-dessus) Sous le gouvernement précédent, nous avons instauré la taxation des plus-values boursières pour les sociétés, il faut à présent faire un pas supplémentaire. » 

« En matière d’impôt sur la fortune aussi, il est possible d’agir! Nous n’avons cessé de le mettre sur la table des précédents gouvernements mais les partis de droite l’ont toujours refusé. La Cour des Comptes montre à présent que la proposition du PS pourrait rapporter entre 700 millions et 2,3 milliards d’euros… »


En France, depuis 30 ans, même les présidents de droite ont gardé l’impôt sur la fortune. La Direction générale française des finances publiques estime que seuls 0,2% des Français soumis à l’impôt sur la fortune s’expatrient.

« S’il y a une "évidence", c’est donc qu’il est possible d’aller chercher de l’argent chez les plus fortunés plutôt que des économies sur les pensions, les soins de santé ou ailleurs dans la sécurité sociale » conclut le Président du PS.

Partagez sur


RECHERCHE...