Question de Philippe Blanchart à Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, sur l'attentat de Tunis

Cette fois, les djihadistes ont assassiné des touristes à Tunis et mis à mal nos valeurs. Bien que le Printemps arabe soit aujourd'hui désenchanté, la Tunisie est une

jeune démocratie, encore fragile sur le plan socio-économique


Avez-vous de plus amples informations sur cet attentat? Quelles sont les conséquences éventuelles de cet acte sanglant sur l'économie tunisienne? Comment la Belgique et l'Union

européenne soutiennent-elles le processus deréforme, de démocratisation et de relance de

l'économie en Tunisie? Je pense que M. Gilles de Kerchove d’Ousselghem, le coordinateur européen de la lutte contre le terrorisme, s’est récemment rendu sur place. La stratégie européenne de voisinage est- elle adaptée aux défis de cette région partenaire et prioritaire?


Que savez-vous sur le sort de nos ressortissants pris dans cette attaque? Quelles sont les

recommandations des Affaires étrangères à ceux qui se rendront prochainement dans ce pays?

Réponse de Didier Reynders

Je condamne fermement l'attentat d'hier à Tunis. Nous ne savons pas encore grand chose sur les auteurs de l'attentat: deux d'entre eux ont été abattus, un autre a été arrêté. Nous avons fait part de notre sympathie et présenté nos condoléances aux familles et aux proches de toutes les victimes.


Un couple de Belges, originaire d’Anvers a été durement touché. La femme est décédée des suites d’une blessure par balle à la tête et son époux a reçu plusieurs balles dans la jambe. Il a été opéré et son état est stable. La famille a été informée. L’ambassade est en contact permanent avec tous les intéressés et fournit une assistance consulaire.


Les avis de voyage pour la Tunisie font part des risques d'enlèvement et d'attentat, en particulier aux frontières avec la Libye et l'Algérie. Nous ne déconseillons pas de voyager mais nous informons et mettons en garde, c'est notre rôle.


Nous continuerons à combattre le terrorisme en Belgique et à l'étranger, avec l'Union européenne mais aussi avec de nombreux pays partenaires, dont la Tunisie. À la demande de ses autorités, nous avions déjà envoyé des équipes de formation pour aider l'armée tunisienne dans ses tâches, notamment en matière de renseignement.


Les attentats de Bruxelles, Paris, Copenhague mais aussi les terribles événements en Libye, en Égypte, en Syrie ou en Irak ont renforcé notre détermination à lutter contre le terrorisme avec tous ceux qui sont désireux de le faire, y compris le peuple tunisien et une grande partie de ses responsables politiques.

Réplique de Philippe Blanchart

Aujourd'hui, nous sommes "tous Tunisiens", nous devons montrer que nos valeurs de liberté portées par le Printemps arabe sont plus fortes que le sang et la haine.

Partagez sur


RECHERCHE...