Prise en charge des internés psychiatriques - Le Groupe PS appelle le gouvernement à ne pas sabrer dans les effectifs des établissements de défense sociale

Karine Lalieux a interrogé ce mercredi le ministre de la Justice au sujet du manque d’effectif dans les établissements de défense sociale, et notamment celui de Paifve.

 

Les EDS sont à mi-chemin entre les établissements pénitentiaires classiques et les hôpitaux psychiatriques. Les personnes qui y sont internées ont donc besoin de soins adaptés et constants.

 

Or, alors que la Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des Droits de l’Homme à cause d’une prise en charge inadéquate, le gouvernement a décidé de sabrer dans les effectifs des EDS. A Paifve par exemple, le nombre – déjà insuffisant - de psychologues pourrait être diminué de moitié.

 

Ces mesures auront immanquablement de graves répercussions sur la santé physique et mentale et le suivi psychologique et thérapeutique des personnes internées. Quant au personnel de ces établissements, il sera soumis à une surcharge de travail et à une prise de risque importante.

 

Le Groupe PS appelle donc le gouvernement à respecter son propre accord qui stipule que « les internés doivent pouvoir être pris en charge dans des infrastructures adaptées et faire l’objet de soin et d’un suivi adéquat » et, par conséquent, à accorder les moyens nécessaires au bon fonctionnement des établissements de défense sociale.

Partagez sur


RECHERCHE...