Déclaration gouvernementale : intervention de Karine Lalieux sur le chapitre "Protection des consommateurs"

Monsieur le ministre de la Protection des consommateurs, heureusement que vous en portez le titre, parce que j'ai eu beau chercher dans votre déclaration de gouvernement, à part une colonne dans le chapitre "Justice et sécurité", il n'y a absolument rien. Je n'ai jamais vu que la protection des consommateurs ressortait de la justice et de la sécurité, c'est innovant – enfin une innovation dans votre déclaration.

 

Très clairement, protection des consommateurs, maîtrise des prix et pouvoir d'achat ne sont vraiment pas une priorité de ce gouvernement, en tout cas pas dans sa déclaration gouvernementale. Quand vous parlez de protection des consommateurs, ce qui est encore plus symptomatique, c'est qu'il s'agit juste de bonne concurrence et de loi du marché. Comme d'habitude, la main invisible du marché ... À partir du moment où le marché marchera bien, si je puis m'exprimer comme cela, tout ira bien pour le consommateur.

 

Prenons l'exemple de l'Observatoire des prix que nous avons créé et que vous mettez à peu près à point zéro. L'Observatoire des prix ne servira plus qu'aux entreprises et à la concurrence. Grâce à l'Observatoire des prix, nous avons pu montrer combien les prix étaient plus élevés en Belgique qu'ailleurs. Nous avons bloqué les prix de l'énergie. C'est par une action de l'État sur les prix qu'il est possible de travailler sur le pouvoir d'achat et de diminuer les prix en Belgique, et non par une concurrence, dont nous savons que cela ne fonctionne pas aujourd'hui.

 

Il y a eu un travail excellent réalisé par M. Vande Lanotte, par ce gouvernement, et nous avons l'impression qu'on fait fi de ce travail, puisqu'on va mettre à mal les outils qui ont été construits durement. Vous mettez même à mal le rôle de la FSMA qui a été créée pour la protection des consommateurs en matière financière et qui a d'ailleurs à sa tête un MR.

 

Je suis fortement déçue, je vais vous le dire, de la partie "Protection des consommateurs". Je n'attends même pas une réponse, monsieur le ministre. J'espère néanmoins que vous travaillerez cette matière pour votre note de politique générale et qu'il y aura peut-être quelque chose sur ces conditions.

 

Je ne vous parle pas non plus du surendettement. Nous savons que le surendettement est une problématique difficile pour beaucoup de nos familles. La seule chose qu'il est stipulé, c'est que vous allez tous les ficher, même les loyers. C'est le retour des grands fichiers, des grandes listes noires, et vous allez tous les ficher dans la Banque-Carrefour.

 

Je pense très sincèrement que vous vous fourvoyez par rapport au travail qui a été réalisé dans ce parlement. Nous avons fait un travail considérable et nous avons vraiment l'impression que ce travail ne sera pas réalisé sous votre gouvernement.

 

Vous ne parlez en rien de la problématique des services financiers; vous ne parlez en rien de tout ce qui concerne les assurances – tout ce qui est assurance-vie, prêt hypothécaire, il n'y a rien! Vous ne parlez en rien des difficultés liées aux crédits. C'est le vide! J'espère que vous allez combler ce vide plus tard dans une note de politique générale.

Partagez sur


RECHERCHE...