Les députés socialistes veulent inscrire le droit à l'eau dans la constitution

En 2010, l’Assemblée générale de l’ONU adoptait une résolution consacrant l’accès à l’eau comme un « droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme ».

 

Suite à cette décision, le Groupe PS a déposé une résolution et une proposition de révision de la Constitution. Pour les députés socialistes, au-delà des déclarations, il importe de traduire le droit à l’eau en une réalité concrète et tangible pour chaque être humain. Cette responsabilité incombe aux gouvernants et aux parlements du monde entier.

 

Aujourd’hui, près de 800 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau et à l’assainissement. Sans eau, pas de survie, pas d’alimentation, pas de santé, pas de développement… Cette ressource est donc vitale pour tous et son accès doit donc être garanti. Contrairement à une idée reçue, cela ne concerne pas que les populations des pays en voie de développement. En effet, près de 2 millions d’Européens font face à ce problème au quotidien.

 

Certains acteurs politiques et économiques considèrent l’eau comme une simple marchandise. Ils veulent la soumettre aux « lois du marché ». Une libéralisation totale mettrait à mal l’universalité du droit à l’eau et pourrait s’avérer désastreuse pour les plus démunis.

 

Pour les députés PS, l’approvisionnement en eau, la gestion des ressources hydriques et l’assainissement doivent rester des biens et services publics. Le droit à l’eau doit être défendu à tous les niveaux de décision – belges, européens et internationaux – afin que l’accès à cette ressource si précieuse soit bel et bien un droit et non un privilège.

Partagez sur


RECHERCHE...