L’étrange syndrome de la page blanche de Mr Bellot…

Dans la presse de ce jeudi, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) justifiait l’absence d’avancées de son Gouvernement, en autres, en matière de politique ferroviaire – immobilisme dénoncé même par les partenaires de majorité du MR - par le fait qu’il devait « partir d’une page blanche »…

 

Nous aimerions lui rappeler que sur une période de 2 ans et demi (soit l’âge du Gouvernement MR/NVA), le Gouvernement précédent avait : réformé la structure de la SNCB ; mis en place un plan de transport 2014 et un plan d’investissement 2013-2025 ; fixé les bases des futurs plans d’entreprise et contrats de gestion…

 

Autant dire que le travail était largement prémâché pour les ministres Galant et Bellot. Pourtant, au lieu de poursuivre ce travail, les ministres MR ont tout jeté à la poubelle pour imposer 3 milliards d’économies à la SNCB et… repartir d’une page blanche, qui sert aujourd’hui d’excuse à Mr Bellot pour justifier l’absence totale de mesures en matière de politique ferroviaire.

 

Le style du ministre Bellot tranche, il est vrai, avec celui de Mme Galant mais il n’empêche que, sur le fond, il n’y a pas l’épaisseur d’une page blanche entre les deux (ex-)ministres MR…


RECHERCHE...