Les économies de Maggie De Block, un véritable jeu de massacre pour les patients en 2017 !

Maggie De Block est sans aucun doute une grande adepte de la méthode Coué : en effet, elle martèle, matin, midi et soir que non, les 900 millions d'économies décidées sur les soins de santé ne toucheront pas les patients !

 

Pourtant, pas un jour ne passe sans qu’on apprenne la vraie nature des économies décidées par le gouvernement MR-NVA ! Pour la cheffe de groupe socialiste Laurette Onkelinx : « ces économies, ce ne sont pas des successions de chiffres : ce sont des hôpitaux qu’on étrangle avec la fermeture prévue de 4.000 lits agréés, de services d'urgence ou de néonatalité ; c’est l’augmentation de la facture à la pharmacie pour les patients avec le déremboursement de certains médicaments et l’augmentation du prix des antibiotiques ou encore avec l’indexation du maximum à facturer… rien n’arrête la ministre de la santé ! Comme je le dénonçais déjà ce lundi en séance plénière, Madame De Block s’attaque aussi aux maisons médicales, qui soignent 350.000 patients belges, le plus souvent défavorisés… Quand on sait que près d’un patient sur 5 reporte déjà certains soins par manque de moyens financiers, les mesures d’économies injustes de Madame De Block auront les effets d’un véritable jeu de massacre pour les patients en 2017 ! »

 

Pas d’effort non plus, pour soutenir certains patients qui attendent depuis bien longtemps… Ce jeudi, le député Daniel Senesael interrogeait Madame De Block sur l’indemnisation des patients victimes du scandale du sang contaminé… « Le budget nécessaire à cette indemnisation s’élèverait à environ 67 millions d’euro selon le KCE. A répartir sur une période d’environ 15 années au cours de laquelle on s’attend à recevoir des demandes. Ce n’est quand même pas insurmontable ! » Alors que le cabinet de la santé annonçait ce matin que la Ministre ne ferait rien parce qu’elle n’en avait pas les moyens, celle-ci n’a pas pu démontrer le contraire en séance plénière. Pour le député socialiste, il s’agit là d’une injustice et d’une discrimination flagrantes à l’égard de nombreuses victimes contaminées par les virus de l’Hépatite C et du VIH.

 

Ce Gouvernement a fait le choix de l’austérité et ose même faire de l’austérité sur le dos des plus fragiles, les patients ! Charles Michel le claironnait encore ce dimanche dans sa déclaration gouvernementale, citation de Nelson Mandela à l’appui, « un belge sur cinq présente le risque de basculer dans la pauvreté. Personne ici ne peut être indifférent par rapport à cette situation. »

 

Pour le Groupe PS, il ne suffit pas de ne pas être indifférent, il faut agir pour lutter contre la pauvreté, contre le risque de pauvreté ! Et freiner l’accès à la santé, c’est accroître la pauvreté et le risque de pauvreté.


RECHERCHE...