Pas d’intervention B-Fast en Haïti ? Pour le Groupe PS, ce serait incompréhensible et inacceptable !

Alors que Haïti nous appelle à l’aide après le passage de l’ouragan Matthew, les autorités belges semblent faire la sourde oreille bien que des moyens budgétaires soient prévus pour B-Fast et que des équipes de volontaires sont régulièrement entraînées.

 

Le Groupe PS regrette qu’il semble plus facile pour ce gouvernement d’aller en guerre que de répondre à l’impérative solidarité internationale face à de tels drames humains.

 

Les députés fédéraux PS en charge du dossier – Gwenaëlle Grovonius, Julie Fernandez Fernandez, Stéphane Crusnière et Sébastian Pirlot – appellent d’urgence à la transparence du gouvernement sur cette décision et à un sursaut de solidarité qui honorerait notre pays et surtout renouerait avec sa tradition d’aide aux plus démunis. Les députés PS s’interrogent sur les volontés des nationalistes flamands de démontrer que cet outil public et multidisciplinaire indispensable n’est plus efficace. Si des améliorations peuvent être apportées à cette structure, sa remise en cause pure et simple est inacceptable pour les socialistes.

 

Pour rappel, B-Fast, est une structure multidisciplinaire dans laquelle interviennent plusieurs SPF et le Ministère de la Défense. Cette structure a fait ses preuves depuis plus de 15 ans, notre pays ayant démontré à de nombreuses reprises qu’il pouvait intervenir efficacement en apportant un secours d’urgence dans le cadre de la solidarité internationale lors de catastrophes.

 

Suites aux difficultés rencontrées lors du déploiement de B-Fast au Népal, le gouvernement fédéral s’était engagé à réformer cette structure. Les députés socialistes s’étonnent qu’à ce jour, la Chambre n’ait toujours pas été ne serait-ce qu’informée de ce projet de réforme malgré les demandes d’information répétées du Groupe PS.


RECHERCHE...