Question de Karine Lalieux à Jacqueline Galant, ministre de la Mobilité, sur le plan de transport de la SNCB

Monsieur le président,

madame la ministre,

chers collègues,


j'ai eu vent de l'existence de discussions concernant la suppression imminente des dorsales wallonne et flamande en ce qui concerne les trains à grande vitesse. Si cela se confirme, nous en sommes très inquiets.

 

La dorsale wallonne concerne 136 000 voyageurs par an et donne la possibilité aux Liégeois, aux Namurois, aux Carolos et aux Montois de rejoindre directement Paris. Le taux d'occupation de ces trains est plus que décent puisqu'on atteint 52 % après Mons et 60 % le vendredi, le samedi et le dimanche.

 

Il y a beaucoup moins d'usagers pour la dorsale flamande, selon les chiffres dont je dispose.

 

Ces discussions interviennent au moment où on parle beaucoup du nouveau plan de transport et des difficultés qu'il engendre pour de nombreux usagers. Le gouvernement précédent avait prévu que ce plan de transport pouvait être revu et évalué dès le premier semestre. J'encourage le gouvernement à travailler sur le sujet et à y apporter des modifications pour répondre à toutes les critiques entendues.

 

Madame la ministre, dans le contexte déjà compliqué de la mise en place du plan de transport, allez-vous vraiment rendre la situation encore plus compliquée en supprimant ces lignes TGV des dorsales flamande et wallonne? Confirmez-vous le maintien des dorsales flamande et wallonne parmi les obligations de service public figurant dans le contrat de gestion de la SNCB? Est-il exact que la SNCB étudie aujourd'hui des alternatives à ces TGV? Si oui, quelle en est la teneur? Ces alternatives garantissent-elles la même offre et la même rapidité?

Réponse de Jacqueline Galant

Monsieur le président,

chère collègue,


comme vous l'avez dit, l'article 23 du contrat de gestion de la SNCB prévoit qu'en collaboration avec les transporteurs ferroviaires étrangers, la SNCB desservira des destinations intérieures avec des trains à grande vitesse.

 

Le TGV de la dorsale wallonne transporte environ 100 000 voyageurs par an et le TGV Bruxelles-Ostende en transporte environ 40 000. Ensemble, ces deux axes réalisent une perte nette de 7 millions par an et le taux de couverture des coûts est, en moyenne, de seulement 22 %.

 

Dans le cadre du plan d'équipement du réseau belge en ETCS, conformément aux recommandations de la commission Buizingen, un premier tronçon de la dorsale wallonne sera doté d'appareillages ETCS opérationnels en avril 2015.

 

Il avait été prévu que la version ETCS équipant les rames Thalys devrait également être modifiée pour avril 2015, mais les dernières perspectives de cette opération placée sous la direction de la SNCF font état d'un retard de plusieurs mois. Un parc suffisant de rames Thalys adapté ne sera vraisemblablement pas disponible avant fin 2015.

 

Afin de ne pas bloquer le planning général d'équipement en ETCS du réseau belge, la mise en service des équipements fixes sur la dorsale wallonne entre Namur et Charleroi doit être maintenue. Cela implique des essais sur le terrain avec des balises ETCS actives, dans les prochaines semaines. Or, il est récemment apparu que les rames Thalys, même avec leur système ETCS déclenché, ne peuvent pas circuler sur les balises ETCS actives.

En conclusion, la circulation des rames Thalys sur le tronçon considéré sera impossible, ce durant plusieurs mois, dès le 31 mars 2015 et ce jusqu'à la fin 2015.

 

Par le passé, en raison d'opérations spéciales d'entretien du matériel roulant, deux périodes sans circulation de Thalys sur la dorsale wallonne ont déjà été enregistrées, à savoir du 17 juillet au 25 août 2012 et du 12 novembre au 30 mars 2013.

 

Quoi qu'il en soit, j'ai demandé à la SNCB de proposer toutes les alternatives possibles de dessertes vers Paris. Mon objectif est évidemment que les clients se voient offrir une alternative le plus rapidement possible.

Réplique de Karine Lalieux

Madame la ministre, je vous remercie pour ces réponses qui cependant m'inquiètent énormément.

 

Je sais qu'équiper la dorsale wallonne de matériel de sécurité est une priorité, mais servir les usagers est à tout le moins une autre priorité et vous annoncez ces deux priorités depuis le début de votre fonction ministérielle.

 

Vous savez que tout le pays porte une capitale culturelle dans le Hainaut, entraînant une augmentation de la circulation entre la Wallonie et la Flandre; vous savez qu'on espère accueillir des voyageurs venant de Lille, Paris et d'autres encore. Alors dire qu'en mars, sans alternative crédible … on diminue, on supprime … mars, c'est demain, nous sommes fin janvier! Vous annoncez ces diminutions et suppressions pour le 1er avril.

 

Il est urgent d'obtenir des alternatives crédibles en termes de plan de transport et pour répondre aux besoins de Mons, capitale culturelle d'ici le 30 mars!

Partagez sur


RECHERCHE...