Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013 - Les députés PS plaident pour une réelle Europe de la défense

Le Groupe PS attend avec beaucoup d’intérêt les conclusions du Conseil européen des 19 et 20 décembre. Durant ce sommet, les chefs d’États et de gouvernements se pencheront, entre autres, sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Pour les députés PS, le renforcement de cette politique commune constitue un pas indispensable de la construction européenne.

 

Les 28 États membres de l’UE dépensent annuellement 190 milliards d’euros pour leur défense, principalement pour maintenir un million et demi de militaires sous les armes. Pourtant, lorsqu’il s’agit d’intervenir dans l’urgence, c’est le réflexe national qui prime. Et il faut souvent plusieurs semaines pour mobiliser quelques centaines d’hommes au nom de l’UE.

 

Ce paradoxe doit pousser l’UE à agir, à réformer et à mettre en commun ses capacités militaires. L’Europe doit devenir un acteur diplomatique incontournable, ce qui passe de facto par cette mise en commun des ressources et du commandement.

 

En mai dernier, le Groupe PS avait plaidé en ce sens. Il a fait adopter une résolution relative à l'avenir de l'armée belge dans un cadre européen. Celle-ci, votée à une large majorité, représente un consensus politique fort. En prévision de ce Conseil européen, le Gouvernement dispose donc d’un mandat clair.

 

Il s’agit d’arrêter d’investir dans un océan de projets, parfois inutiles, et de concentrer les efforts humains, budgétaires et technologiques au profit de nos capacités militaires. Dans une logique de relance économique, une véritable politique industrielle de Défense doit être mise en place en faveur de la recherche et de l’emploi en Europe. En termes d’excellence technologique et industrielle, la Belgique a d’ailleurs un rôle majeur à jouer.

 

Ce sommet doit conduire à une « souveraineté partagée » qui sera garante d’une Europe plus sûre et plus présente dans son voisinage et sur la scène internationale. Les députés socialistes attendent des engagements ambitieux. Formation des militaires, « pooling and sharing » des systèmes d’armes, rationalisation des structures communes de commandement, activation réelle des Battle Groups sont autant de chantiers qui doivent enfin aboutir.

Partagez sur


RECHERCHE...